Le Véganisme : une mode ou un mode de vie ?

This is a past event

4 people went

Location image of event venue

Details

Pythagore était vegan. Curieux, non ? Le véganisme, c’est faire le choix de limiter au quotidien son empreinte, en adoptant des choix de consommation éthique. Avec le développement d’un nouveau marché et de nouvelles stratégies marketing, le véganisme est devenu un véritable business . Face à cet aspect, qui s’appuie aussi bien sur “l’effet de mode” et l’émotion que sur la prise de conscience écologique, qu’en est-il vraiment du véganisme : parlons-nous de mode ou de mode de vie ?

En France, la croissance du marché vegan est de 24 % pour 2018, soit 1,5 million de Français. De plus en plus d’acteurs investissent sur ce marché et développent des gammes de produits exclusivement vegan, à savoir tous les produits de substitution, notamment dans le domaine agroalimentaire, comme par exemple les steaks de soja. Alors, quelles sont les motivations des vegans quand celui-ci va chercher à consommer des produits ressemblant le plus possible à la production animale ?

En effet, nous pouvons également poser comme hypothèse que le véganisme est autant une tendance qu’une prise de conscience. Le refus de l'exploitation des animaux anime les esprits. Ainsi, les produits veggies gagnent des parts de marché. En France, 30 % de la population cherchent à réduire sa consommation de viande selon "Le marché de l'alimentation végétarienne et vegan à l'horizon 2020", une étude réalisée par Xerfi, en 2017.
Grandes distributions, commerces de bouches ou encore restaurants… Les acteurs de ce marché sont de plus en plus nombreux à proposer une option végan ou le sont à 100 %. D’ici 2020, la production végétale devrait doubler en France pour atteindre les 150 millions d’euros.

Pour l'industrie alimentaire, le véganisme représente potentiellement une panne, car les coûts de production sont nettement diminués. C’est aussi et surtout une nouvelle opportunité de marché sur laquelle bâtir des projets et convaincre des actionnaires.

Ce segment est de plus en plus investi par les industriels, ce qui peut nous amener à nous questionner sur l’impact écologique des productions (importation de produits, productions industrielles) ainsi que sur les convictions du végan. La protection de l’environnement en fait-elle partie ?