addressalign-toparrow-leftarrow-rightbackbellblockcalendarcameraccwcheckchevron-downchevron-leftchevron-rightchevron-small-downchevron-small-leftchevron-small-rightchevron-small-upchevron-upcircle-with-checkcircle-with-crosscircle-with-pluscrossdots-three-verticaleditemptyheartexporteye-with-lineeyefacebookfolderfullheartglobegmailgooglegroupshelp-with-circleimageimagesinstagramlinklocation-pinm-swarmSearchmailmessagesminusmoremuplabelShape 3 + Rectangle 1ShapeoutlookpersonJoin Group on CardStartprice-ribbonShapeShapeShapeShapeImported LayersImported LayersImported Layersshieldstartickettrashtriangle-downtriangle-uptwitteruserwarningyahoo

Reading Selections for 2012 to March 2013


RÉUNIONS ET SÉLECTIONS POUR 2012

toutes les réunions auront lieu de 15h00 à 17h00



6 mai—Pierre et Jean par Guy de Maupassant
Au Coquelet, Berkeley

Pierre, médecin, ne comprend pas pourquoi un ami de sa famille a légué sa fortune à Jean, son frère cadet. Au terme d'une véritable enquête policière, il mettra au jour un terrible secret. Le père de Jean n'est pas son père légal ; sa mère est coupable Le quatrième roman de Maupassant (1850-1893), publié en 1888, est sans doute le meilleur. Le récit, qui tient à la fois de l'étude naturaliste et de l'analyse psychologique, s'appuie sur une intrigue, simple et forte. Dans sa célèbre préface, l'auteur développe une théorie qui préfigure la modernité romanesque : il s'agit moins de reproduire le réel que d'en donner l'illusion. Un texte majeur auquel on pourra revenir sans cesse. « La langue française est une eau pure que les écrivains maniérés n'ont jamais pu troubler. » Telle est la langue de Maupassant, qui détestait le style artiste. Flaubert peut être fier de son élève.

1 juillet—La peste par Albert Camus
Crêpes on Cole, San Francisco

Monument de la littérature mondiale du 20ième siècle, ce roman révèle la philosophie de Camus comme elle avait évolué face aux fléaux inévitablement souffert par l’humanité. Il imagine une éruption de la peste en Oran, Algérie. Les détails de la peste sont réalistes—mais Camus l’utilise comme métaphore pour représenter l’Occupation que la France venait de subir, et tous les autres maux auxquels les êtres humains doivent lutter.

2 septembre—Les chemins de Katmandou par René Barjavel
Au Coquelet, Berkeley

Voyant la révolte de mai 68 défaite, Olivier, jeune étudiant, décide d'abandonner ses combats utopiques révolutionnaires. Il entreprend désormais de se battre pour son propre compte, afin de rejoindre le camps des dominants. Pour cela, il décide de se rendre au Népal où son père organise des safaris pour milliardaires. Il veut soutirer à ce dernier les pensions impayées, qu'il estime à plusieurs millions. Commence alors sa quête solitaire de Katmandou, la ville bouddhique sacrée vers laquelle converge une foule hétérogène à la recherche, les uns d'argent facile et de réussite rapide, les autres d'idéaux religieux ou sociaux, en passant par une multitude dont la finalité sans être bien définie n'est pas étrangères aux appels de la drogue qui y circule abondamment à cette époque. Les chemins de Katmandou sont les interminables routes désertes ou surpeuplées qui se perdent à l'horizon, et que chacun consacre sa vie à parcourir. Ce sont les destinées des êtres, qui se rencontrent, se croisent, bifurquent, se perdent, et, parfois, se retrouvent. Ce sont les tracés innombrables et minuscules de toute parcelle de vie partie à la rencontre de ce qui l'attend au bout du chemin.

4 novembre—Une pièce montée par Blandine Le Callet
Crêpes on Cole, San Francisco

Une pièce montée a pour toile de fond un mariage à la campagne dans la bourgeoisie de province. Chaque chapitre, centré sur un des personnages de la fête, raconte une histoire qui prend place dans l'album de famille. De la demoiselle d'honneur confrontée à l'injustice au collègue dragueur invétéré, ou à la tante excentrique en quête d'amour, de la grand-mère indigne à la mariée au bord de la crise de nerfs, les personnages hauts en couleurs défilent à travers des scènes drôles, cocasses ou attendrissantes. On passe sans cesse du rire aux larmes. Les masques tombent et les secrets de famille éclatent. Blandine Le Callet nous entraîne à travers une galerie de portraits justes et émouvants. Elle nous plonge au coeur de situations fortes en émotions aux dialogues drôles et percutants. De véritables tranches de vie.

6 janvier, 2013—La grammaire est une chanson douce par Erik Orsenna
Au Coquelet, Berkeley

Une fantaisie joyeuse. Jeanne, la narratrice, voyage beaucoup avec son frère Thomas. Leurs parents sont séparés et vivent chacun d’un coté de l’Atlantique. Un jour, leur bateau fait naufrage et, seuls rescapés, privés de leurs mots, ils échouent sur une île inconnue. Accueillis par M. Henri, un musicien, poète et charmeur, ils découvriront un territoire magique où les mots mènent leur vie. C’est une promenade dans la ville des mots, pleine d’humour et de poésie, où les règles s’énoncent avec légèreté. Les tribus de verbes et d’adjectifs, les horloges du présent et du passé s’apprivoisent peu à peu.

3 mars, 2013—Le père Goriot par Honoré de Balzac
Crêpes on Cole, San Francisco

Paris, automne 1819. Dans une pension miteuse de la rue Neuve-Sainte Geneviève, la maison Vauquer (du nom de sa tenancière), se côtoient des pensionnaires et des habitués du quartier qui ne viennent y prendre que le dîner . Ils ont pour nom Mlle Michonneau, Victorine Taillefer, Madame Couture, Monsieur Poiret, Bianchon, Vautrin, Eugène de Rastignac et le père Goriot. Quelques personnages émergent de ce groupe de pensionnaires falots : Vautrin, mystérieux pensionnaire d'une quarantaine d'années qui se fait passer pour un ancien commerçant; Eugène de Rastignac, fils d'une famille noble et désargentée de Charente venu faire son droit à Paris.

Il y a également le père Goriot, pitoyable rentier de soixante neuf ans qui mène une vie nocturne énigmatique. Il est le plus âgé de la Maison Vauquer et aussi le plus ancien des pensionnaires. Il y est arrivé en 1813 après s'être retiré des affaires. Les premiers temps, sa fortune et ses revenus lui permettaient d'habiter au premier étage l'appartement le plus cossu de la pension. Puis ses revenus diminuant mystérieusement, le vieil homme est monté d'étage en étage, logeant dans des appartements de plus en plus modestes. Il occupe actuellement une mansarde et est devenu le bouc émissaire de la Maison Vauquer. Les autres pensionnaires commentent son infortune avec peu d'élégance et le soupçonnent de se ruiner en entretenant des femmes du monde.

Table of Contents

Page title Most recent update Last edited by
LIVRES ET DATES DES RÉUNIONS POUR 2016 March 10, 2016 12:29 PM Charlie K.
Nominations de lecture 2016 January 17, 2016 11:41 PM Charlie K.
READING SELECTIONS AND MEETING DATES, 2015-16 March 14, 2015 12:37 AM Charlie K.
Call for 2015 Book Nominations December 4, 2014 2:34 PM Charlie K.
Book selections and meeting dates 2014-15 February 13, 2014 2:32 PM Charlie K.
Reading Selections and Meeting Dates, 2013-14 February 28, 2013 12:56 AM Charlie K.
Call for 2013 Book Nominations January 13, 2013 11:44 AM Charlie K.
Reading Selections for 2012 to March 2013 August 1, 2012 11:49 PM Charlie K.
About The French Literature Meetup Group July 2, 2012 3:53 PM Charlie K.

Our Sponsors

People in this
Meetup are also in:

Sign up

Meetup members, Log in

By clicking "Sign up" or "Sign up using Facebook", you confirm that you accept our Terms of Service & Privacy Policy