Existe-t’il une méthode géopolitique ? Pr. Barbara LOYER (IFG)

Vous y allez ?

Il reste 178 places

Partager :

CPGE Blomet

3 rue Barthélémy · Paris

Comment nous trouver

Métro Sèvres Lecourbe. Nous vous attendons au rez-de-chaussée du 3 rue Barthélémy, dans les locaux de la Prépa Blomet.

Image du lieu de l'événement

Détails

Le mot géopolitique est utilisé afin d’évoquer toutes sortes de rivalités internationales pour des ressources, des frontières, du pouvoir, ou même des résultats sportifs. Il a quasiment remplacé les termes de relations internationales, mais sans qu’on sache très bien si c’est seulement un effet de mode, et en quoi ce que l’on appelle une rivalité géopolitique est plus ou autre chose qu’une rivalité politique ou diplomatique.

Alors que la géopolitique fait son entrée au lycée dès la rentrée 2019, il importe de faire un point précis. Nous aurons l’honneur de recevoir Barbara LOYER, agrégée de géographie et professeure à l’Institut Français de Géopolitique (Université Paris 8) qu’elle a dirigé 2011 à 2018. Elle y est actuellement responsable de la spécialisation sur l’approche géopolitique du risque. Barbara LOYER vient de publier « Géopolitique, méthodes et concepts », (éd. Armand Colin) qu’elle dédicacera à l’issue de la conférence pendant le verre de l’amitié offert par Diploweb.com pour fêter la fin d’une belle année géopolitique.

La géopolitique aborde des questions liées à la démocratie mais aussi à la puissance, aux grandes puissances et aux petites nations souveraines, aux limites internes et aux frontières externes, aux droits des peuples et à la guerre, dans une sorte de grand vrac qui aurait vocation à pouvoir parler de toutes les questions politiques internationales contemporaines. C’est d’ailleurs un reproche que l’on entend fréquemment à propos de cette discipline qui ne serait que du journalisme, formulation qui voudrait sous-entendre « une vision superficielle des choses ».

Pourtant, c’est bien l’emploi d’une méthode particulière qui caractérise la géopolitique. C’est parce qu’on peut appliquer cette méthode pour décrire de nombreuses situations, de types variés, qu’il est important d’en connaître sa portée et ses limites. Et c’est parce qu’il s’agit d’une méthode et pas seulement d’un corpus de connaissances que son enseignement devient de plus en plus pertinent à l’heure où nous sommes tous confrontés à une avalanche d’informations justes et fausses, mêlées sans règles sur les réseaux. L’enseignement de cette méthode est un des outils aujourd’hui nécessaire à la construction d’un esprit de nuance collectif nécessaire à la complexité et la qualité de débats contradictoires et approfondis entre citoyens.

La géopolitique ne consiste donc pas à donner une définition canonique de nombreux concepts récurrents dans les analyses, tels nation, démocratie, pouvoir, territoire, puissance, frontière, ressources, réseau… C’est une méthode d’examen du réel, fondée sur une approche géographique et historienne, pour comprendre comment s’atteint, s’exerce, ou se perd le pouvoir, la puissance, la paix, la prospérité, la liberté, dans des territoires concrets, dans des conjonctures temporelles précises. Elle repose donc sur la description de nombreux exemples, sur la comparaison entre ce qui rapproche divers cas et ce qui les différencie, de manière à pouvoir observer la suite des événements, la fin des batailles, le dénouement des stratégies qui se déroulent sous nos yeux.

La conférence du Professeure Barbara LOYER se déroulera selon trois axes :
1. Comment analyser les espaces réels, convoités, imaginés (Géographie, Histoire, représentations) ?
2. Pourquoi placer les acteurs au cœur de l’analyse (pouvoirs, stratégies rivales, alliances) ?
3. Géopolitique, longue histoire et démocratie (nations, peuples, puissance, citoyens) : quelles relations ?

Barbara LOYER est agrégée de géographie et professeure à l’Institut Français de Géopolitique (Université Paris 8) qu’elle a dirigé 2011 à 2018. Elle y est actuellement responsable de la spécialisation sur l’approche géopolitique du risque. Membre du comité de rédaction de la revue Hérodote. Spécialiste de l’Espagne, anciennement membre de la Casa de Velázquez [masked]), elle a publié de nombreux articles sur la question nationale et trois livres sur l’Espagne.