Meetups précédents (2)

À propos de ce groupe

L’innovation sociale, c’est une tendance majeure qui va nous impacter en 2018, nous les responsables innovation, marketing, communication, medias…que nous soyons créatifs ou opérationnels… cadres dirigeants ou utopistes rebelles…

2018 c’est l’année de la bascule ! C’est le moment d’oser innover et mettre en pratique des solutions concrêtes qui ont fait leurs preuves ici et là sur le marché, en réponse aux grands enjeux de citoyenneté, de consommation, de cohésion sociale et d’environnement.

On parle d’innovation sociale dans tout type d’entreprise, pour tout type de produits et de services. Ce qui caractérise l’innovation sociale c’est son impact positif sur la société au sens large : des employés aux clients, de l’économie locale à l’environnement.

L’innovation sociale est devenue une nécessité :

- pour les investisseurs qui mesurent les impacts positifs ou négatifs depuis que les contraintes climatiques et sociétales sont devenues un facteur de risque suite aux décisions de la COP 21, le recul des états et la montée des inégalités

- pour l’entreprise, qui réalise des bénéfices en répondant aux attentes des consommateurs qui se tournent massivement vers des solutions écologiques, sociales et durables en 2018

- pour les clients, en proposant des expériences de consommation avec des retombées économiques, sociales, et environnementales sur le territoire de leur consommation

- pour les employés, dont l’expérience collaborateur est améliorée : satisfaction personnelle, rémunération sur la performance individuelle et collective, plus de collaboration et plus respect des équilibres vie privée / professionnelle / familiale

Ce qui a changé c’est que, pour la premiere fois, la responsabilité sociale et écologique n’est plus perçue comme “un frein” au développement de l’entreprise, mais comme “une condition” de la croissance économique et financière, croissance qui doit avoir un impact positif sur les économies locales et l’environnement pour se maintenir. Ainsi l’innovation sociale requiert de sortir du cadre et de repenser les modèles conventionnels, d’intégrer des réflexions sociales et environnementales au coeur d’enjeux économiques.

Développer les produits et services de demain dans une entreprise à but commercial n’est plus systématiquement incompatible avec le progrès social et l’écologie. Alors c’est le moment pour nous, d’oser innover AVEC et POUR la société, de faire émerger des produits et services vraiment utiles, d’ouvrir des perspectives durables à l’entreprise.

« Avant de se poser la question de la rentabilité, peut-être faudrait-il se poser celle de l’utilité », questionne Benjamin Zimmer. « 42% des entreprises qui se plantent, échouent parce qu’elles ne répondaient pas à un besoin », indique le sociologue, citant une étude de la French Tech (https://www.forbes.fr/classements/les-dix-start-up-de-la-agtech-a-suivre/). « Et 17% parce qu’elles n’étaient pas user friendly. »

L’innovation sociale consiste à aller au devant des besoins insatisfaits d’une population.

À l’inverse des approches marketing traditionnelles, qui travaillaient sur les masses, la dimension de personnalisation et la réflexion sur les usages sont ici fondamentales. La conception et le repérage des futurs services exigent une capacité d’empathie. Cela implique une vraie immersion dans la tête de l’utilisateur, pour mieux le comprendre, aller au-delà de ses propres besoins, les assimiler et anticiper les crises qui vont le secouer.

Une approche de design thinking permet de mieux répondre aux besoins réels et de résoudre ces contradictions en remettant « l’humain au centre » de la conception à la commercialisation.

Chacun de nous est également citoyen face à l’Etat, client potentiel face aux entreprises, mais aussi des parents, des travailleurs et dans une autre mesure des conducteurs de véhicules, des voyageurs, des amis, etc. Or, ces différentes facettes peuvent entrer en totale contradiction :

L’humain en nous souhaite la préservation de l’environnement.

- Le client lui, désire ardemment changer de Smartphone tous les 18 mois.

- Le citoyen est attentif à la qualité de la démocratie et plébiscite une presse indépendante.

- Le travailleur lui, rentre fatigué le soir et préfère lire les journaux gratuits.

- Le père de famille est soucieux de la bonne santé de sa progéniture, ce qui ne l’empêche pas de la laisser végéter 3 heures par jour en moyenne devant un écran puis de la laisser manger des aliments industriels reconnus néfastes pour la santé.

Les entreprises qui prennent ce tournant, explorent de nouveaux business modèles / façons de produire / réseaux de distribution mais aussi facilitent la collaboration à l’interieur et à l’extérieur de l’entreprise pour réunir toutes les forces vives de l’innovation sociale.

Guibert Del Marmol donne 5 piliers pour une économie dite régénératrice qui permettent d’orienter la transformation des entreprises :

- positive : créer plus que ce que l’on consomme pour produire

- locale : rapprocher production et consommation

- circulaire : les déchets des uns sont les matières premieres des autres

- collaborative : partage, réusage, usage vs. propriété

- bio inspirée : respecter les écosystèmes et leurs interactions

Si l’entreprise dans laquelle nous travaillons ne partage pas notre ambition, à nous de la transformer en innovant pour avoir un impact social et écologique positif. Ou de créer une start up. En effet, aprés l’open innovation pour collaborer avec les starts ups, les grands groupes créent des starts ups pour se lancer dans ce nouveau monde qui s’ouvre à elles..

C’est le moment d’oser innover AVEC et POUR la société, de faire émerger un sens qui motive les collaborateurs, d’ouvrir des perspectives durables à l’entreprise. Nous oublions trop souvent que nous innovons pour améliorer le quotidien des gens, dont le notre et celui de nos proches. A nous de concevoir des innovations à la hauteur des attentes profondes de la société.

C’est possible, voilà quelques exemples concrèts:

Chez Danone, la réponse est positive : les projets social business ou BOP ont joué un rôle significatif dans le processus de renouveau stratégique du groupe entamé au début des années 2000. Grameen Danone Food Limited (GDFL) est une joint-venture entre Danone et Grameen Group et repose sur le modèle du social business. Loin d’être une simple affaire de communication, ces projets sont des leviers de transformation de l’organisation ; à quelques conditions que nous tenterons de souligner. Il est possible d’étudier ce cas avec l’approche développée par Crossan et Bedrow, deux chercheurs en stratégie, qui offre un cadre d’analyse efficace pour comprendre et évaluer les choix de la multinationale alimentaire. Intitulée les « 4I » (Intuition, Interprétation, Intégration, Institutionnalisation), cette approche permet d’analyser le processus d’apprentissage organisationnel conduisant au renouveau stratégique d’une entreprise.

Lien vers le cas : http://www.hec.fr/Knowledge/Point-de-Vue/Le-cas-Danone-L-Innovation-Sociale-au-service-du-Renouveau-de-l-Entreprise

Autres exemples :

- pouvoir au client responsable : c’est qui le patron ?

- un fond d’impact investit dans une start up qui fait progresser l’alimentation : la ruche qui dit oui

- créer de la valeur durable : leroy merlin fait progresser l’habitat

- regénérer les eco systèmes : GRDF investit dans le biométhane

Voici 100 starts ups au croisement de l’économie collaborative et de l’économie sociale et solidaire que j’avais répertorié pour leur capacité à changer le monde, sans pouvoir évaluer leur impact.

A l’époque déjà je souhaitais faire se croiser les acteurs de l’économie sociale et solidaire, avec ceux de l’économie collaborative (ou coopérative) et les starts ups explorants de nouveaux modéles (sans toujours connaitre les anciens).

Les innovations issues de l’économie collaborative et sociale qui peuvent changer le monde de Jeremy dumont (https://www.slideshare.net/jeremydumont)

LIRE L'ARTICLE : http://www.levidepoches.fr/weblog/2018/01/-et-si-la-vraie-innovation-consistait-%C3%A0-transformer-lentreprise-j%C3%A9r%C3%A9my-dumont.html

Membres (91)

Photos (19)

Retrouvez-nous sur